anne marie kapron : qui sommes nous

Anne Marie Kapron est AIHP ( ancien interne des Hopitaux de Paris  avec forte connotation vasculaire et thoracique ) et ACCA ( ancien chef de clinique à la Faculté COCHIN-PORT-ROYAL)  Elle a exercé les fonctions de Prosecteur en Anatomie à la Faculté BICETRE Professeur Claude GILLOT  ; et dispose d’une maitrise en Biologie Humaine mention »Anatomie » Faculté RENE DESCARTES , Professeur André DELMAS .

Elle est d’abord qualifiée en chirurgie générale ; elle crée  un département  de chirurgie vasculaire lors de son clinicat dans un hopital de la proche périphérie parisienne . Puis elle s’intéresse à la chirurgie plastique et travaille au titre de civil conventionné à BEGIN et PERCY ( CETB  traitement des grands brulés  de Renommée Universelle ).
Elle est ainsi qualifiée en chirurgie plastique .

Mère et grand mère de famille, Anne Marie Kapron  a manifesté tout au long de son existence professionnelle une grande prudence dans ses choix thérapeutiques : elle ne s’est vue attraire qu’une seule fois au tribunal  en 30 ans de pratique de ville ; ce  passé spécialement indemne de toute réclamation ne servit de rien et fut tenu pour négligeable lorsque survint un accident de surveillance post opératoire en 1999 à la clinique des Martinets, RUEIL MALMAISON 92 .

Anne Marie Kapron  avait pressenti cette évolution vis à vis de la profession  lorsqu’elle vit, avec effroi , en fin  de clinicat , un anesthésiste  de POITIERS  filmé par les medias nationaux ,  menotté ,  pour un décès dont il fut totalement exempté plus tard ; toutefois ses charges de famille lui imposèrent de continuer le métier le plus prudemment possible ; elle déconseilla à ses enfants qui l’auraient souhaité d’entreprendre cette carrière ; la roue tourne cependant ; nul doute que certains petits enfants ne reprendront le flambeau de l’humanisme médical lorsque les conditions alentour le permettront

pour mon cher grand père Camille et mon cher grand père Jean : Je ne me  plaindrai jamais parce que votre travail fut plus pénible que le mien